b l o g

Fête des 20 ans de la Collection Galerie Bleue-Plaimont Pendant ces vingt années, le public a pu apprécier une diversité de moyens d'expressions et rencontrer soixante et un artistes.
Le public est invité à fêter cet anniversaire en présence de 32 artistes qui se font une joie de revenir sur les lieux d'une expérience qui les a marqués. Ce jour là aussi ils feront connaissance entre eux car la plupart ne se connaissent qu'à travers les cartons d'exposition.
Au long de l'après-midi, des animations seront proposées, préparées par l'équipe éducative. A 18h, nous nous retrouverons avec les artistes pour l'échange habituel. Le soir un repas aura lieu dans la restauration du collège (places limitées, sur inscription).

 ASSOCIATION LA GALERIE BLEUE  RISCLE      Tél. 05 62 69 94 14       Mail : galeriebleue32@gmail.com 

Pièce de théâtre: AY CARMELA  -  Metteure en scène : Violette Campo -  Scénographie: Eddie Bélio

Ay Carmela convoque, dans l'espace vide d'un théâtre désaffecté, le souvenir d'un événement qui s'y est passé lors de la guerre civile espagnole : un couple d'artistes de variétés, Carmela et Paolino, capturés par l'armée franquiste, sont contraints pour sauver leur vie,d'improviser un spectacle comique devant un parterre d'officiers, de soldats franquistes et d'un groupe de prisonniers des Brigades Internationales qui doivent être exécutés à l'aube. La scène se passe dans le théâtre Goya de Belchite, ville emblématique, dernier foyer de résistance de la population et des Brigades, écrasé en mars 1938 par l'armée franquiste.Cette pièce, éminemment politique, interroge la fonction du théâtre, la condition et l'éthique de l'artiste obligé, en l'occurrence dans une situation de guerre, de faire le choix entre l'héroïsme et la lâcheté, la collaboration.Elle prend un écho particulier aujourd'hui où tant de démocraties sont mises à mal, renvoyant à la fois à la situation, aux engagements des artistes et à la fonction du théâtre comme lieu de mémoire et de résistance contre l'oubli, la pire des morts.Cette pièce interroge également les frontières : frontières entre le jeu et le je, entre le théâtre et la réalité, entre la vie et la mort, entre les « variétés » et l'art, entre la dignité de l'artiste et celle du citoyen... Frontières de l'écriture dramatique, aussi, car José Sanchis Sinisterra n'hésite pas à ressusciter les morts, à utiliser une langue crue et quotidienne, ou encore à placer au coeur de la pièce un spectacle de cabaret... Tour à tour poétique et bouffon, héroïque et prosaïque, Ay Carmela mélange allègrement les genres.

Tableau acrylique sur toile de lin, expressionnisme abstrait, encadré pour une exposition à Saragosse (espagne) 

Sculpture cuivre d'Eddie Bélio    

Titre TITAN

Violette Campo et Gilbert Traina ont présenté un extrait de la nouvelle création de la compagnie, « Ay Carmela ».

 PHOTO D. G. 

 Découvrez deux des dernières oeuvres de Claudine   Chambaud - Acrylique sur toile de coton

laisser un commentaire